1280px-Flag_of_Brazil.svg.png
english.jpg

Le Blog

Rechercher
  • Raphaël

De la fabrication DIY de bass-traps d’angle.

Au sujet du traitement acoustique des espaces d’enregistrement ou de mixage, on trouve sur les internets une foultitude de ressources exposant le pourquoi du comment, tant du point de vue pratique que théorique. L’objet de ce petit billet de blog n’est donc pas d’en rajouter une couche !


On se propose plutôt, comme le titre l’indique, de s’attarder sur la fabrication d’un design de bass-trap d’angle à base de laine de roche relativement rudimentaire mais élégant, simple à réaliser soi-même, et, par conséquent, présentant un rapport qualité/prix assez imbattable.


Avant de nous lancer, et pour être plus précis, permettons nous une petite digression/disclaimer (que vous pouvez shunter si vous voulez rentrer dans le vif du sujet).

Bien que terme “bass-trap” soit communément employé pour désigner le type de conception assez classique dont il est question dans la suite, il me semble - à mon très humble avis - qu’il s’agit d’un léger abus de langage. Je m’explique brièvement. Premièrement, il faut s’entendre sur ce que l’on appelle par “bass”. Avec ce genre de design, à moins de pouvoir se permettre de sacrifier un volume colossal (typiquement un mètre ou plus de profondeur) qui sera voué à être rempli de laine de roche, il est difficile d’imaginer absorber et de contrôler de manière efficace le bas extrême (à une vache près, disons les deux premières octaves de l’audition humaine : 20Hz-80Hz). Pour cela, on privilégie en général des dispositifs actifs, et/ou des dispositifs basés sur des résonateurs de Helmholtz qui visent une fréquence en particulier. A mon sens, le design que nous allons regarder ensemble aujourd’hui doit être vu avant tout comme un absorbeur large bande, doté d’une action dans le bas un peu étendue du fait de sa profondeur, typiquement supérieure à celle d’un panneau absorbant large-bande “classique”. En revanche, l’appellation “bass-trap” peut s’entendre au sens où le placement dans un angle va, de fait, agir dans des zones où “s’accumule” l’énergie des modes propres correspondant à certaines des fréquences propres les plus basses. Pour des raisons mathématiques que je ne traiterai pas ici et comme vous l’aviez compris, certaines de ces zones se trouvent... dans les angles. Pour aller plus loin et visualiser proprement ce dont je suis en train de parler, je recommande le fameux room mode calculator d’amcoustics : https://amcoustics.com/tools/amroc .


L’objectif de ce genre de construction n’est au final pas tant d’atteindre des conditions d’écoute parfaites (il faudrait déjà définir ce que l’on entend par “parfait”) qu’un environnement suffisamment confortable pour pouvoir travailler.


Bref.


Commençons par la fin. Voici l’allure du produit fini :

Le produit fini

Ces bass-traps font environ 60 cm de haut et les petits côtés mesurent 50 cm. Ils sont au nombre de 6. Installés dans ma pièce de mix, j’ai pu mesurer leur effet sur la réponse en fréquence et le RT60 (temps de réverbération) jusqu’à environ 90Hz-100Hz.


Pour réaliser ces bass-traps, vous aurez besoin de :

  1. Tasseaux, dans l’idéal de section “triangle-rectangle”, d’arête comprise entre 5 et 10 cm à la louche. Les tasseaux que j’ai utilisés avaient une arête de 5cm environ. Cela fonctionne mais c’est un peu petit, et j’aurais tendance à recommander un peu plus gros. Malheureusement, c’est un produit quasi-introuvable dans les magasins de bricolage traditionnels. Pour obtenir ces tasseaux, il vous faudra : soit aller voir un artisan menuisier, soit les faire vous même en partant de tasseaux de section carrée, quitte à vous faire prêter du matériel adéquat (typiquement scie circulaire inclinable).

  2. Planches de contreplaqué carrées dont les dimensions dépendent de la profondeur que vous souhaitez atteindre. Dans mon cas, il s’agit de planches de 50 cm x 50 cm, et d’épaisseur de l’ordre de 1 cm.

  3. Vis à bois de diamètre cohérent avec l’épaisseur des tasseaux et des planches.

  4. Petites équerres pour stabiliser la structure en bois.

  5. La laine de roche, d’une densité dans les 30-40Kg/m3. J’ai eu recours à de la laine de roche ROCKWOOL Rockfaçade en panneaux de 135cm x 60cm. Pour une quarantaine d’euros, j’ai pu réaliser les 6 bass-traps d’angle en photo ci-dessus.

  6. Un couteau à pain ou une scie assez fine pour découper la laine de roche.

  7. Tissus in-tissé pour la finition. Pour avoir la quantité suffisante à recouvrir l’avant et l’arrière de mes panneaux, j’en ai eu pour environ 30 euros.

  8. Une agrafeuse pour fixer le tissus.


Voici un lien concernant un exemple de référence pour la laine de roche.

Et un lien concernant un exemple de référence pour le tissus.


Étape 0 - Dimensionnement des panneaux.

Pour cette étape, je ne peux pas trop vous aider :-).

Il s’agit de mesurer la hauteur de votre mur et de déterminer le nombre, la hauteur, et la largeur de vos bass-traps. Des petits conseils de bon sens cependant :


  1. Laissez-vous un peu de marge en termes de hauteur totale ! Il vaut mieux qu’il manque 3/4 cm au niveau du plafond plutôt que votre structure ne passe pas en hauteur ! Ce serait dommage. De plus, lorsque vous évaluerez la hauteur de votre structure de bass-traps, n’oubliez pas d’ajouter l’épaisseur des planches à la hauteur utile de laine de roche !

  2. Vérifiez bien que vous ne bloquerez pas d’accès à des prises de courant. J’ai opté pour la solution qui consiste à surélever de 25 cm la structure avec des pieds que j’ai réalisés avec des chutes de tasseaux et de planches. Une autre solution consisterait, à l’étape 3, à faire passer un câble électrique (une multiprise par exemple) à l’intérieur du bass-trap, de sorte à garder un accès au courant.

  3. Prévoyez un peu de marge en termes de quantité de laine de roche. Je m’explique. Admettons que vous choisissiez de réaliser des bass-traps de 60cm de haut, et que vos panneaux de laine de roche fassent 10 cm d’épaisseur. Je vous conseille de prévoir au moins 7 couches de laine de roche (quitte à la tasser un peu) plutôt que 6.


Étape 1 - Un peu de menuiserie.

  • Commençons par débiter les tasseaux. On souhaite obtenir des tasseaux plus petits dont la longueur correspondra à la hauteur utile de laine de roche dans le bass-trap. Jusque là tout va bien.

  • Si vos tasseaux sont déjà de section triangulaire, passez à la suite. S'ils sont de section carrée, il vous faudra, à l’aide d’une scie circulaire inclinable, découper les tasseaux dans l’épaisseur afin d’obtenir des tasseaux de section triangulaire.


  • Cette étape peut être très délicate - voire carrément dangereuse - si vous n’êtes pas familier avec ce genre d’outils. Si vous n’êtes pas sûrs de vous, faites vous aider ! Dans tous les cas, soyez très précautionneux avec ce genre de matériel.

Les tasseaux triangulaires

  • Ensuite, on découpe les planches carrées de 50 cm par 50 cm selon la diagonale.


  • Enfin, on assemble les structures des bass-traps. L’angle droit de chaque planche doit correspondre à l’angle droit du tasseau. Dans les autres angles de la planche, on veille à ce que le côté le plus long de la section du tasseau soit présentée le long de la face de la planche qui sera collée mur. Pour chaque tasseau, on fixe une vis à bois de chaque côté, puis on fixe des petites équerres pour lier planches et tasseaux. Vous devriez obtenir quelque chose comme ceci :

La structure en bois finalisée

Étape 2 : La laine de roche (toujours un bonheur).


L’idée est de découper vos panneaux de laine de roche de sorte à obtenir des triangles dont les dimensions correspondent aux dimensions de la section de la structure en bois. Cela n’est pas techniquement difficile, du moment que vous avez le bon outil de découpe entre les mains. Il se peut que vous ayez à en tester plusieurs avant de trouver le bon. Si vous avez acheté une référence de laine de roche munie de papier kraft, cela vous aidera à tracer les traits de découpe. J’aurais tendance à recommander d’enlever le kraft une fois la découpe faite. Le plus important dans cette affaire, c’est de se protéger de la laine de roche ! Il vous faudra : des manches longues, des gants, un masque, des lunettes, et de préférence un jour de beau temps pour le faire en extérieur. Vous devriez obtenir ce résultat.

Le festival de la laine de roche

Ensuite, il s’agit de remplir la structure en bois avec des couches de laine de roche. Là encore, aucune difficulté. N’hésitez pas à tasser :-).


Si le nombre initial de panneaux de laine de roche disponible ne permet pas de faire le nombre de triangle nécessaire, n’hésitez pas à découper dans les chutes et à tasser dans la structure en bois. On n’est pas là pour être ultra précis à cette étape :-). Il aura tout de même fallu au préalable que vous soyez sûrs d’avoir suffisamment de chutes pour tout remplir…


Étape 3: Le tissus

Je recommande de pré-découper à l’avance les rectangles de tissus qui serviront à recouvrir les faces arrières et avant du bass-trap. Une quinzaine de centimètres de rab de chaque côté doit être suffisant pour pouvoir faire un ourlet propre.

Au moment de fixer le tissus, armez vous d’une agrafeuse et de patience. Pour des questions esthétiques, il s’agit de commencer par fixer le tissus sur les faces arrières du bass-trap, puis de finir par la face avant. Malheureusement je n'ai pas de photos de cette étape. Il n’y a pas d’astuce particulière à part, une fois de plus, s’armer de patience et vérifier que le tissus est bien tendu à chaque étape.


Et voilà !


En résumé, sans compter la quincaillerie et les outils, il faudra compter pour les 6 bass-traps ci-dessus :

  • Environ 40 euros de laine de roche,

  • Environ 30 euros de tissus,

  • Environ 50 euros de bois.

J’espère que cela aura pu être utile.

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou des questions :-).


22 bises à tous et portez vous bien.

Raphaël

0 vue